×

Admin Zento

L’Histoire de l’île des Embiez

EmbiezAncien

Le terme Embiez vient du latin « ambo » qui veut dire deux. Comprenez, l’archipel des deux îles : celle des Embiez et celle de la Tour Fondue. Son nom prit différentes orthographes au fil des siècles : Embers, Ambias, Embiers, Ambies, Ambiers, puis enfin Embiez

Les vestiges les plus anciens retrouvés sur l’île, preuve d’une présence humaine, remonteraient à 5 siècles avant Jésus Christ, probablement laissés par des pêcheurs ou des navigateurs. En effet, l’île des Embiez a, depuis toujours, été le refuge des amoureux et des professionnels de la mer. Elle a également subi les invasions des pirates.

A partir de 1068, les moines de l’Abbaye de Saint Victor commencèrent à exploiter les salins de l’île, qui s’étendaient alors de la pointe du Cougoussa à la pointe de la Tour Fondue. Le sel était, à l’époque, une denrée chère et précieuse, indispensable à la conservation des aliments, il était même qualifié « d’or blanc ». Pour récolter le sel, ils installèrent des murets en pierre sèche et des tables salantes dans une faible profondeur d’eau. C’est d’ailleurs à cette époque que les hébergements « Les Douanes » ont été construits et nommés en souvenir de cette partie de l’histoire de l’île. En effet, le sel était alors taxé par l’état, la « taxe gabelle » et c’est dans ces appartements qu’elle était récoltée par les « gabelous ».

 LesSalins

A partir de 1520, l’île a appartenu à la famille LOMBARD, un natif de Six-Fours. Barthélémy LOMBARD reprit l’exploitation des salins et obtint d’Henri IV la faveur que son domaine soit aménagé en « arrière-fief » ; sa famille put, à cette occasion, prendre le titre « de Sainte Cécile ». C’est de là que vient aujourd’hui le nom de la chapelle présente sur l’île. C’est également la famille LOMBARD qui fit planter la vigne dans les années 1580-1600. Puis, en 1602, ils entreprirent la construction du château, aujourd’hui propriété privée de la famille RICARD.

ChateauEmbiez

En 1720, après diverses successions, l’île fut rachetée par Michel de SABRAN (célèbre famille de Provence).

Puis en 1789, lors de la Révolution Française, l’île fut déclarée « bien national ».

Au début du 19ème siècle, l’île connut une période plus sombre car elle fut exploitée pour produire de la soude. Le sel marin était décomposé avec de l’acide sulfurique pour produire du sulfate de soude, ce qui provoquait des dégagements d’acide chlorhydrique qui devaient être méticuleusement récupérés car très toxiques. Le sulfate de soude était ensuite traité avec du charbon et de la craie afin d’obtenir le précieux carbonate de soude (utilisé pour la fabrication du savon à Marseille). Malheureusement, après un changement de propriétaire, trois ans plus tard, la récupération de l’acide chlorhydrique ne se fait plus correctement et cela engendra de nombreux dégâts sur la végétation environnante et la santé des populations alentours. L’usine de fabrication de soude fut ainsi définitivement fermée par arrêté préfectoral en juin 1847 (l’une des 1ères pétitions connues en France).

En 1862, le fort Saint-Pierre fut construit. Une plaque est toujours visible, au-dessus de l’entrée, qui rappelle la date d’achèvement des travaux, en 1867. Le fort abrite aujourd’hui l’aquarium et le musée de l’Institut océanographique Paul Ricard (fondé par Paul RICARD en 1966 mais baptisé ainsi en 1991).

FortSaintPierre

En 1901 commença l’exploitation du vignoble.
En 1922,
le vin produit sur l’île des Embiez était réputé de consommation locale, une fois mis en barils, il était transporté par bateau jusqu’à la côte.

En 1938, la production de sel sur l’île des Embiez prit fin, après une succession de propriétaires qui, tour à tour, exploitèrent les trois hectares et demi de salins, mais pour qui l’entretien et la gestion de ce petit site s’avéra de moins en moins rentables face aux sites d’Aigues-Mortes ou des salins de Giraud.

IllustrationEmbiez

A partir de cette date, l’île des Embiez devint un paradis pour les amateurs de plongée tels que Frédéric Dumas, Philippe Tailliez, Jacques-Yves Cousteau (« les Trois Mousquemers »).
En 1942, ils réalisèrent ensemble, aux Embiez et à la balise proche des Magnons, le premier film sous-marin français « Par dix-huit mètres de fond ».

Durant la dernière guerre mondiale, la production de vin prit fin et le vignoble fut donc abandonné, puis remis en état en 1947.

1958 : PAUL RICARD

Quand Paul Ricard achète les Embiez en 1958, il est sûr d’avoir trouvé « ce que la nature offre de mieux pour s’évader et rêver. Seuls restent un fort abandonné et une tour en ruine au sommet de laquelle des générations de vigies ont guetté les pirates…»* Il fait le vœu de « protéger ce paradis naturel et d’en faire une destination pour tous ceux qui aspirent à se ressourcer et à se retrouver, loin des foules et de la pollution du continent »*. Paul Ricard, visionnaire, imagine déjà la « civilisation des loisirs » comme une évidence. Il veut faire de l’île des Embiez « un haut lieu du tourisme international, un séjour idéal de repos et de vacances, avec tout ce qu’il faut pour être heureux : le silence, la décontraction, l’absence de circulation automobile, les joies de la mer, les promenades à pied ou à bicyclette (…)»*. Ces intentions sont claires : « Nous aménagerons cette île pour le bonheur des hommes. Nous y construirons avec art et avec amour, nous y planterons des arbres, y ferons pousser des fleurs, nous y érigerons des statues… »*.

Dès 1960, Paul Ricard entreprend la construction du port des Embiez, littéralement enclavé dans le nord de l’île (à la place des salins), pour en faire un abri quelles que soient les conditions météorologiques. Il fut mis en eau en 1963 et agrandi vers l’est dans les années 70 (entre la pinède du Canoubié et les terrains de pétanque). Accessible par tous les temps, il dispose aujourd’hui de 750 anneaux et peut accueillir jusqu’à 150 escales par jour en saison estivale.

Lors de son acquisition par Paul Ricard, l’île des Embiez comptait déjà 10 hectares de vignes. On savait que Paul Ricard avait créé la célèbre marque de boisson anisée, mais il produisit aussi du vin… et pas n’importe lequel, celui de son île.
En 1978, les vins du Domaine des Embiez furent labellisés « A.O.C Côtes de Provence » et « Vin de Pays du Var » (aujourd’hui connu sous le nom IGP). Aujourd’hui, le vin du Domaine des Embiez est en conversion bio.

L’île des Embiez est telle que Paul Ricard l’avait voulue, elle porte sa marque, celle d’un homme qui, dès les années 60, s’est battu pour le bien-être des Hommes, préserver la mer et protéger la nature. 

Pour en savoir plus sur l’Histoire des Embiez depuis son acquisition par Paul Ricard, lire notre article L’ÎLE DES EMBIEZ, RETOUR SUR 60 ANS D’HISTOIRE

L'île des Embiez photo aérienne paysage

*Extrait du livre « La passion de créer » écrit par Monsieur Paul Ricard

Iles Paul Ricard
Ile des Embiez
Ile de Bendor
X
Newsletter Abonnez-vous