×

Les iles Paul Ricard

Du nouveau dans vos verres

Comme vous le savez, Les Iles Paul Ricard suivent l’engagement environnemental insufflé par Paul Ricard dès les années 60. Aujourd’hui, la prise de conscience est planétaire concernant le rôle et l’impact de chacun sur son environnement ; les entreprises ont également un rôle essentiel à jouer. Ainsi, afin de poursuivre cette volonté toujours plus forte de préservation de la nature, nous utilisons dans tous nos points de vente des pailles et mélangeurs biodégradables, compostables et incinérables :

Des pailles en PLA
L’acide polylactique (PLA) est un produit intermédiaire né de la fermentation du sucre ou de l’amidon (de betterave ou de maïs par exemple), on obtient alors de manière 100% naturelle un plastique blanc, de couleur ou parfaitement transparent qui peut se transformer en gobelets, saladiers, couverts ou pailles.

Des mélangeurs en bois
Issus de forêt gérée dans le respect du développement durable, ils sont recouverts d’une couche de cire biodégradable garantissant ainsi qualité et respect de l’environnement.

Pour préserver l’environnement, chaque geste compte. 

Deux intronisations Disciples Escoffier chez Les Iles Paul Ricard

Disciples d'Escoffier 2017 Embiez
De gauche à droite : Mario D’ORIO Trésorier du Bureau International ;  Christophe CARLOTTI, Vice-Président du bureau Provence Méditerranée ; Julien RICHARD sous-chef de l’île des Embiez ; François-Xavier DIAZ Directeur Général de la Société Paul Ricard ; Frédéric VINCENT Président de la S.A.H.B ; Alain LAPORTE Président du bureau Provence Méditerranée et Christophe PACHECO Chef Exécutif des Iles Paul Ricard

Lundi dernier, Les Iles Paul Ricard avaient l’honneur d’accueillir, à l’hôtel Hélios sur l’île des Embiez, la cérémonie d’intronisation des nouveaux Disciples d’Escoffier.

Tout comme Paul Ricard, Auguste Escoffier était un visionnaire et précurseur dans son domaine, la cuisine. Le plus grand Chef de son temps, qui inspire encore largement les Chefs d’aujourd’hui. Ainsi, plus de 80 ans après sa disparition, sa vision de l’organisation du travail en cuisine (avec le concept de brigade notamment), le service à la française, le principe du menu à prix fixe, etc. restent des références dans le monde de la restauration. Son « Guide culinaire » est encore aujourd’hui un repère pour de nombreux cuisiniers.

La confrérie internationale Disciples d’Escoffier a été créée en 1954 par Jean Ducroux, un ancien cuisinier d’Auguste Escoffier, pour honorer sa mémoire. Aujourd’hui, toutes les délégations françaises et internationales sont réunies sous la même bannière de l’Ordre International des Disciples d’Auguste Escoffier. L’association a pour but de partager et transmettre la connaissance en maintenant les grandes traditions de la cuisine tout en tenant compte des évolutions perpétuelles. Elle organise également tout au long de l’année de nombreuses manifestations caritatives autour de la gastronomie.

Plusieurs corps de métier de la gastronomie sont représentés au sein de l’association, chacun des disciples ayant une écharpe aux couleurs de son domaine de compétence : rouge pour les Chefs, verte pour les producteurs, violette pour les maîtres d’hôtel et sommeliers puis bleue pour les gastronomes.

Après Christophe PACHECO, intronisé l’an dernier, c’était au tour de son second, Julien RICHARD et Frédéric VINCENT d’être intronisés. Monsieur Diaz, petit-fils de Paul Ricard, fait quant à lui partie des Disciples d’Escoffier depuis plusieurs années.

Lors de son intronisation, le nouveau Disciple s’engage à respecter l’Esprit Escoffier en prêtant serment “de transmettre, de servir, et d’honorer la Cuisine, sa culture et son évolution permanente.”

Ce fut une très belle soirée et nous sommes très fiers que nos collaborateurs fassent désormais partie de cette prestigieuse association.

Plus d’informations: http://disciples-escoffier.com/

Des membres du personnel des Iles Paul Ricard en compagnie d'Alain LAPORTE
Des membres du personnel des Iles Paul Ricard en compagnie d’Alain LAPORTE

Crédit photo : Copyright « Tous droits réservés – Denis Dalmasso »

Les traditions de Noël en Provence

Les traditions de noël en provence

Riche de ses traditions, la Provence fait de Noël une fête très importante dont les festivités commencent dès le mois de novembre.

En effet, la période de l’Avent est très importante, notamment grâce à ses foires aux santons, qui permettent de découvrir les artisans et d’enrichir sa crèche d’année en année. Cette dernière est réalisée dans les foyers tout début décembre. Ces petits personnages de crèche en terre cuite peinte sont réalisés par divers santonniers locaux, venant d’Aubagne, de Saint-Maximin, de Barjols ou encore de Marseille. D’ailleurs, il y a de nombreuses années, un festival de crèches était organisé par Mr Paul Ricard sur l’île de Bendor, dans le théâtre Vincent Scotto. 

Le 24 décembre, la table calendale est dressée. Traditionnellement, cette dernière, composée de trois nappes blanches, est éclairée par trois chandeliers et garnie avec le blé de la Sainte-Barbe. A cette table, quel que soit le nombre de convives, un couvert supplémentaire est systématiquement ajouté, il symbolise la place du pauvre. On lui réserve également une part de nourriture.

La veillée de Noël débute par le cacho-fio. Lors de cette cérémonie, le plus jeune et le plus âgé de la famille choisissent une bûche d’un arbre fruitier et ils font ensuite trois fois le tour de la table. Le « papé » dépose la bûche dans l’âtre et puis la bénit avec du vin chaud en prononçant des paroles en provençal.

La soirée se poursuit en deux parties, avec le gros souper, servi avant la messe de minuit, composé de 7 plats maigres, essentiellement à base de légumes, quelquefois de poisson mais jamais de viande (exemple : carde, épinard, soupe à l’ail, anchoïade…). Puis les convives quittent la table pour se rendre à la messe de minuit, dans certaines communes, il est encore possible de voir une pastorale (représentation théâtralisée de la nativité). C’est après la messe que les fameux treize desserts font leur apparition sur la table, composés des 4 mendiants (représentant les différents ordres religieux ayant fait vœux de pauvreté : noix ou noisettes, figues sèches, amandes et raisins secs), de dattes, de nougats (blanc et/ou noir), de pâte de coing, des oreillettes, des pommes, des poires, des mandarines, des papillotes ainsi que la fameuse pompe à huile (fougasse sucrée à l’huile d’olive)…. En fonction des régions et des familles, le choix des desserts peut varier, mais leur nombre est immuable car il symbolise le Messie entouré de ses douze apôtres.

Les îles Paul Ricard vous souhaitent de très belles fêtes de fin d’année !

Le Domaine des Embiez

domaine embiez

Seul domaine viticole de Six-Fours-Les-Plage, le vignoble de l’île des Embiez est composé d’une dizaine de parcelles réparties sur 10 hectares.
Les premières vignes furent plantées entre 1580 et 1600 par la famille LOMBARD, alors propriétaire de l’île*. En 1922 elles produisirent un vin réputé de consommation locale qui fut transporté par bateau dans des barils jusqu’à la côte. Elles firent abandonnées durant la seconde guerre mondiale puis remises en état en 1947. Paul Ricard fit l’acquisition de l’île des Embiez en 1958, il décida de poursuivre et de redorer la production viticole du Domaine.

Aujourd’hui, le Domaine de l’île des Embiez est entretenu et géré de A à Z par les employés de la Société Paul Ricard, il produit environ 30 000 bouteilles en moyenne par an dont :

–          le rouge, le blanc et le rosé en I.G.P. Var
–          le rosé en A.O.P. Côte de Provence

Plusieurs formats sont disponibles, pour toutes les envies et tous les budgets : en bouteille (75 Cl), en Magnum (1.5 l) et le rosé en A.O.P. Côte de Provence, en Jéroboam (3 l). Vous trouverez également le rosé I.G.P. Var sous forme de Bib (bag in box) de 3 litres pour vos apéritifs d’été, barbecues, repas en terrasse, sur le pont d’un bateau ou pique-nique sur la plage.

 

vins embiez

Nos vins sont en vente toute l’année à la Capitainerie du port Saint-Pierre des Embiez et en saison dans notre cave ou notre bar à vin. Des dégustations peuvent être organisées toute l’année sur demande pour les groupes.

Vous retrouverez bien sûr nos vins à la carte des restaurants de nos îles, mais aussi dans de nombreux magasins, cavistes et restaurants de Six-Fours, Bandol, Sanary-sur-Mer, Toulon, Marseille, Arles et jusqu’à Lyon, où plusieurs établissements nous font l’honneur d’afficher notre production à leur carte des vins.

Plus d’informations et réservations :
Daniel Tarpi
Tél : +33 (0)6 09 11 69 55
dtarpi@paul-ricard.com

*Pour en savoir plus, lire notre article sur l’Histoire de l’île des Embiez.

Portrait de Christophe Pacheco, Chef Exécutif, Meilleur Ouvrier de France !

Chef Christophe Pacheco, un des meilleurs ouvrier de France

Christophe PACHECO est arrivé sur Les Îles Paul Ricard en début d’année 2015 pour reprendre les cuisines des Iles Paul Ricard.

Il a découvert la cuisine à 15 ans et a appris auprès des plus Grands du métier. Pour lui, la cuisine est une vraie vocation, qu’il aime transmettre aux générations suivantes. C’est un homme de cœur qui aime satisfaire les fins gourmets.

Christophe fit ses armes au restaurant Jamin (trois étoiles au Guide Michelin), à Paris, auprès de Joël Robuchon ; puis au Prince de Galles avenue George V. Il continua son brillant parcours à La Closerie des Lilas et enfin, chez Guy Krenzer, Meilleur Ouvrier de France en traiteur, charcuterie et cuisine. Il décida ensuite de voler de ses propres ailes en ouvrant son restaurant « Aux Armes de France », à Corbeil-Essonne (91), où il obtint rapidement sa première étoile au Guide Michelin (2004).

En 2007, il prit en charge la partie événementielle-restauration au resort de Deauville du groupe Lucien Barrière. C’est à cette occasion qu’il rencontra Frédéric VINCENT, Président de la SAHB (Société d’Aménagement et Hôtelière de Bendor) depuis septembre 2014.

En 2011, il décida de prendre la direction du restaurant gastronomique « Le Cinq », de l’Hôtel & Spa « Au cœur du village »*****, à La Clusaz.

Puis, en septembre 2012, il prit la direction des cuisines du restaurant gastronomique d’application « Le Berceau des Sens » ainsi que les fonctions de Maître d’enseignement senior en Arts pratiques de l’Ecole Hôtelière de Lausanne. Une école au rayonnement mondial où il forma des futurs managers d’hôtel et de restaurant.

Sensible et passionné, Christophe PACHECO est un compétiteur dans l’âme qui aime aller au bout des choses, il allie la précision à l’authenticité, « qualité, plaisir, émotion, sensibilité et élégance » sont ses mots d’ordre. Grâce à ses valeurs et cette précision, il fut lauréat du trophée national de Cuisine et de Pâtisserie en 2000 et sacré Meilleur Ouvrier de France dans la section cuisine gastronomique en 2011.

Cuisine de Christophe Pacheco Meilleur Ouvrier de France
Crédit photo : Aline Gérard Cook & Shoot
Newsletter Abonnez-vous